Mardi 2 décembre 2014 2 02 /12 /Déc /2014 06:06

     photo jeanne

P1000383-copie-1.JPG

 

plus loin, pas si loin, la vieille dans sa maison bleue aurait pu chanter, son sourire était un chant de vie vivante, mais elle avait perdu la voix, l’ouie dans un accident d’avion.

elle se plaignait la vieille ? non jamais.

elle pleurait la vieille ? non jamais

 

une ardoise accrochée au cou par un lacet rouge lui permettait de suivre les seules conversations qui l’intéressaient. parfois même elle remerciait le bleu du ciel qui lui évitait les verbiages intempestifs.

ses pensées s’enroulaient comme des liserons aux lampadaires de la rue. tout devenait plus lumineux, plus sauvage, elle regardait sa ville 

 

marseille criait. elle aimait cette ville où elle était née et avait grandi, son quartier, sa rue, ses copines.

la rue, sa deuxième maison aux heures chaudes de la journée, elle y était 

les appartements étaient si petits... 

 

la rue, leur domaine où tout pouvait arriver.

elle aimait cette ville oui qui savait crier, qui savait acceuillir face à la mer.

marseille multiple et unique

marseille qui savait rire, chanter, crier danser, un autre continent, un autre pays ? 

marseille bruyante et colorée, ma ville.

 

c'est de ce port que je suis partie, il y a bien longtemps pour un autre pays, une autre vie pour un soleil plus chaud plus fort, pour plus de tempêtes, pour d'autres chants, pour d'autres couleurs de peau, pour un bleu plus dense.

 

aujourd'hui j'ai tous ces cris, toutes ces femmes tous ces hommes en moi.

ils m'accompagnent, ils vivent là, savent parfois me donner la main.

 

le temps a passé,

certains ont disparus,

pas forcemment morts,

pas oubliés,

juste dans un autre champ de vision.

ils apparaissent quelques fois au détour d'une chanson d'un mot d'une odeur d'un livre.

 

tous  là,

j'entends encore, je reconnais ces vies attachées à ma mémoire

 

et si j'ai grandi c'est de les savoir là.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par jeanne
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 8 novembre 2014 6 08 /11 /Nov /2014 15:09

photos 0127 copieAphotos 0123photos 0120-copie-1photos 0109

photos jeanne

 

les nuits étaient à elles

à travers les vitres de la salle des machines

le bleu sombre de la nuit donnait  une couleur indéfinissable

le calme s’installait  

le temps d’un souffle d’une respiration d’un éclat de lune.

ils étaient partis ces passants de jour ces inconnus qui osaient les toucher, les regarder curieusement,

elles ne demandaient plus rien aux mondes  

que ces nuits de lune et d’oubli

alors elles prenaient vie

se retrouvaient libres                                pour quelques heures

elles qui vivaient  l'éternité                       le silence

elles revivaient

ils vivaient

ils s’aimaient

dans les odeurs tièdes lourdes des huiles de machine  

     moiteurs d’étreintes sauvages

leurs peaux frémissaient 

leurs paupières battaient

leurs bouches se souvenaient

des mots anciens 

des rires

des gestes du désir

la salle des machines  retrouvait la vie

    pour une nuit

 

une nuit                      cette nuit

Par jeanne
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Samedi 25 octobre 2014 6 25 /10 /Oct /2014 10:06

photos 0190photos-0154-copie-1.JPG

photos jeanne

photos-0167.JPGphotos-0144.JPGphotos-0137.JPGphotos-0131.JPGphotos-0128.JPGphotos-0107.JPG

    coup de coeur pour les nanas

Par jeanne
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Mercredi 8 octobre 2014 3 08 /10 /Oct /2014 07:31
 photos jeanne
photos-0530.JPG
photos-0541.JPG
 
son bleu venait d’une île
tout près  
si près
 
à une respiration              un souffle
 
un morceau de terre
 
odeurs puissantes d’iroko
de marigot
 
un rêve
 
un éclat de lumière
 
du bleu elle faisait ses soleils
 
Par jeanne
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Dimanche 28 septembre 2014 7 28 /09 /Sep /2014 17:34
 
 photo jeanne
1-DSC_0183.JPG
 
 
je ne vous dirais pas tout…
 
d’abord je suis certaine que ça ne vous intéresse pas.
 
encore que je vous sais… curieux !
 
et puis autant en emporte le vent, 
mais je veux un vent violent, un plus fort que mon mistral,
je veux un vent venu du fin fond des mers, un vent hurlant du cap...
 
vous savez ce cap dont je ne me souviens plus le nom, le cap ?
 
- oui le cap horn.
 
un fameux cap que ce cap là
 
il en a vu passer des navires
 
il en a vu couler des navires
 
il en a vu pleurer des marins
 
il en a vu mourir des marins
 
c’est ce que pensait angélique,
pas celle des anges, non
une angélique toute simple, la tête toujours un peu ailleurs.
 
elle avait dans le regard tous les bleus, ceux du pacifique, de la méditerranée. Un bleu limpide, profond, un bleu lagon, étrange et pénétrant…
 
le lagon de tétiaora…
 
elle parlait peu angélique.
ses rares mots étaient des diamants, des perles sauvages irisées.
 
elle ne pleurait jamais angélique.
elle savait écouter. 
 
elle...
 
c’était tous les mots que l’on ne m’a jamais dit,
que l'on ne vous a jamais dit.
 
tous ces mots inventés qui naissent au creux des vagues,
au creux des lits,
 
ces mots qui s’échouent sur les plages
 
ceux qui arrivent en sourire aux lèvres des enfants innocents.
 
angélique, corps en silence avançait dans la vie,
elle savait les mystères des nuits d’amour.
 
amour elle aimait ce mot.
 
elle s’en servait comme un cataplasme pour rafistoler, recoudre, réparer les vivants.
 
elle avait, angélique des doigts de fée.
 
Le moindre bout de voile devenait entre ses mains la robe de peau d’âme,
la plus somptueuse, la plus lumineuse des robes.
 
c’est dans cette lumière qui éclaboussait le cap de la bonne espérance qu’angelique, une nuit de non-lune s'est évaporée...
  .    
 
Par jeanne
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires

Pages

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Derniers Commentaires

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés