Vendredi 21 février 2014 5 21 /02 /Fév /2014 07:08

    nouveau-dossier-0274.JPGphotos 0343-001nouveau-dossier-0249.JPG

nouveau-dossier-0081-copie-1.JPGnouveau-dossier-0302.JPG
nouveau-dossier-0182.JPGphotos-0277.JPG
 
 
 
des hommes travaillaient là…
 
un site immense entre terre et mer
 
des hommes travaillaient     leurs familles vivaient
 
que reste-t-il ?
 
des bâtiments où le vent la pluie règnent en maître
 
l’endroit est désossé      mis à nu
 
emporté tout ce qui pouvait être pillé
 
avoir une valeur quelconque
 la ferraille le bois…
 
impression de passage de typhon,
 
le feu                la rouille               s’installent
 
les papiers le fer  ne résistent plus
 
il y a des bruits étranges
 
les poutres craquent
 
l’éverite pleure
 
des fantômes hantent l’endroit
 
et le coeur se serre
 
 
 
Par jeanne
Ecrire un commentaire - Voir les 13 commentaires
Samedi 8 février 2014 6 08 /02 /Fév /2014 10:55
 photo jeanne
 P1180302.JPG
 
elle feuillète quelques livres en passant discrètement distrètement
 
en caresse douce
 
elle papillonne
 
dehors le soleil l’avait surprise
 
tant de jours de pluie
 
de ciels sans bleu
 
de jours sans mistral
 
c’était un soleil de fin de jour tout doux
 
elle ferme les yeux
 
se laisser inonder de douceur, de chaleur tiède.
 
moment suspendu
 
un tanker  passe dans le canal
énorme masse rouge qui semble toucher les berges
 
                                  magique  apparition
 
elle dégustait le moment intensément
 
rien ne comptait que le soleil sur son visage,
 
elle souriait
au jardin s'ouvrait la première fleur de l'amandier
 
Par jeanne
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Jeudi 30 janvier 2014 4 30 /01 /Jan /2014 16:17
photo jeanne 
P1180167.JPG
 
 
... la pièce n’est pas grande               ma chambre n'est pas grande
 
fenêtres vastes et claires         plein sud
 
elles s’ouvrent sur la mer 
 
chambre avec vu      sur mes rêves
 
ma vie se déroule dans cet espace clos mais la fenêtre
oui la fenêtre me décline mille vies
 
de mon lit je vois le bleu-mer le bleu-ciel
 
les levers de soleils    les trainées rouges des les fins de nuit
 
le chuchotement des vagues sur les rochers en contre bas me bercent quand
     
la mer se fait douce
 
quelques bateaux au large
 
je ne quitterai jamais cette chambre           je le sais
 
envie de rien que du silence de la nuit de l'odeur émouvante du citronnier
 
les couleurs du ciel rythment mes jours
 
cautérise la douleur
 
efface le temps des souvenirs
 
je m'accroche encore aux voiles des navires
 
à la fumée de quelques paquebots
 
file le temps   l'espace     les vents
 
je sais d'une autre vie du temps immobile des passages des grands espaces
 
je m'ouvre au vide
 
le temps me traverse sans douleur sans joie
 
et les voyages se terminent aux persiennes de la nuit...
 
 
Par jeanne
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Lundi 6 janvier 2014 1 06 /01 /Jan /2014 08:01

    P1120381

 

 

les vœux de l’an 2014 d'Ariane Mnouchkine

« Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens,
 
À l’aube de cette année 2014, je vous souhaite beaucoup de bonheur.
Une fois dit ça… qu’ai-je dit? Que souhaité-je vraiment ?
Je m’explique :
 
Je nous souhaite d’abord une fuite périlleuse et ensuite un immense chantier.
D’abord fuir la peste de cette tristesse gluante, que par tombereaux entiers, tous les jours, on déverse sur nous, cette vase venimeuse, faite de haine de soi, de haine de l’autre, de méfiance de tout le monde, de ressentiments passifs et contagieux, d’amertumes stériles, de hargnes persécutoires.
Fuir l’incrédulité ricanante, enflée de sa propre importance, fuir les triomphants prophètes de l’échec inévitable, fuir les pleureurs et vestales d’un passé avorté à jamais et barrant tout futur.
 
Une fois réussie cette difficile évasion, je nous souhaite un chantier, un chantier colossal, pharaonique, himalayesque, inouï, surhumain parce que justement totalement humain. Le chantier des chantiers.
Ce chantier sur la palissade duquel, dès les élections passées, nos élus s’empressent d’apposer l’écriteau : “Chantier Interdit Au Public“. Je crois que j’ose parler de la démocratie.
 
Etre consultés de temps à autre ne suffit plus. Plus du tout. Déclarons-nous, tous, responsables de tout.
Entrons sur ce chantier. Pas besoin de violence. De cris, de rage. Pas besoin d’hostilité. Juste besoin de confiance. De regards. D’écoute. De constance. L’Etat, en l’occurrence, c’est nous.
 
Ouvrons des laboratoires, ou rejoignons ceux, innombrables déjà, où, à tant de questions et de problèmes, des femmes et des hommes trouvent des réponses, imaginent et proposent des solutions qui ne demandent qu’à être expérimentées et mises en pratique, avec audace et prudence, avec confiance et exigence.
Ajoutons partout, à celles qui existent déjà, des petites zones libres : Oui, de ces petits exemples courageux qui incitent au courage créatif.
 
Expérimentons, nous-mêmes, expérimentons, humblement, joyeusement et sans arrogance. Que l’échec soit notre professeur, pas notre censeur. Cent fois sur le métier remettons notre ouvrage. Scrutons nos éprouvettes minuscules ou nos alambics énormes afin de progresser concrètement dans notre recherche d’une meilleure société humaine. Car c’est du minuscule au cosmique que ce travail nous entrainera et entraine déjà ceux qui s’y confrontent. Comme les poètes qui savent qu’il faut, tantôt écrire une ode à la tomate ou à la soupe de congre, tantôt écrire Les Châtiments.  Sauver une herbe médicinale en Amazonie, garantir aux femmes la liberté, l’égalité, la vie souvent.
 
Et surtout, surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire et non pas à sa fin désenchantée. Ils en sont encore aux tout premiers chapitres d’une longue et fabuleuse épopée dont  ils seront, non pas les rouages muets, mais au contraire, les inévitables auteurs.
Il faut qu’ils sachent que, ô merveille, ils ont une œuvre, faite de mille œuvres, à accomplir, ensemble, avec leurs enfants et les enfants de leurs enfants.
Disons-le, haut et fort, car, beaucoup d’entre eux ont entendu le contraire, et je crois, moi, que cela les désespère.
Quel plus riche héritage pouvons-nous léguer à nos enfants que la joie de savoir que la genèse n’est pas encore terminée et qu’elle leur appartient.
 
Qu’attendons-nous ? L’année 2014 ? La voici.
 
PS : Les deux poètes cités sont évidemment Pablo Neruda et Victor Hugo »

Par jeanne
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Jeudi 26 décembre 2013 4 26 /12 /Déc /2013 07:12
        nouveau-dossier 0005-002-copie-1photo jeanne
 
vers 1014
tous mes voeux
que l'année soit douce et légère
que l'horizon soit plus bleu
très amicalement
Par jeanne
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires

Pages

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Derniers Commentaires

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés