Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 07:38
photo jeanne

photo jeanne

 

sensible

aux odeurs 

celles de la nature

elle pouvait sentir  l'odeur du jasmin 

comme sur ce parking 

sous la pluie 

elle savait que du jasmin était là 

bien avant de le voir

il y avait en elle

des parfums lointains d'afrique 

l'odeur-térébenthine

si particulière de l'iroko

ce bois magnifique couleur de tabac blond 

les odeurs de pinède surchauffée 

quand les cigales racontent crient leur vie éphémère

l'odeur de sa mère quand petite

elle disait 

tu sens la maman 

les odeurs comme des fils conducteurs jalonnaient sa vie 

les parfums 

un parfum qu'elle ne sentait plus

son shalimar

depuis si longtemps 

mais qui l'habitait               habillait sa mémoire

 il y avait encore  en elle

les odeurs de quelques hommes qu'elle avait croisé  aimé

  dans sa tête les odeurs

c'était de la vie enregistrée à jamais...

 

 

je pense que ceux qui étaient inscrits à ma news letter

ne le sont plus : nouvelle présentation d'over blog qui a supprimé

et j'en suis désolée.

 

 

 

Partager cet article

Published by jeanne
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 06:00
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne

photos jeanne

Partager cet article

Published by jeanne
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 01:26
photos jeannephotos jeannephotos jeannephotos jeannephotos jeannephotos jeannephotos jeannephotos jeannephotos jeanne

photos jeanne

en vrac

Partager cet article

Published by jeanne
commenter cet article
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 23:34
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne

photos jeanne

la pluie

bienvenue douce

la musique sur les galets

ajoute au silence

au mystère

à la fascination du lieu

le mur d’enceinte raconte

ou ne dis rien

fermer les yeux

s’imprégner de l'espace le faire sien

oublier qui on est

oser

s’envoler survoler

et le souffle de l’air sur mon visage comme une caresse me porte loin

*il y a 15 pierres

dans le jardin

mais où qu'on se place on n'en voit que 14 !

Partager cet article

Published by jeanne
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 11:27
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne

photos jeanne

Partager cet article

Published by jeanne
commenter cet article
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 22:08
photos jeannephotos jeanne

photos jeanne

quitté hiroshima

sa peine sa joie

à miajima le torrii se dresse vers le ciel

comme une île rouge

une île à lui tout seul pieds ancrés dans le sable

à la marée montante

puis l'eau se retire lentement

une gamine s'élance

hésite elle a de l'eau jusqu'aux genoux

 hésite encore s'avance

 touche le pied majestueux

la première

fait signe à son père

victorieuse

le torrii est la porte sacrée

l'entrée du monastère qui s'étale devant

quand la mer  s'est retirée

nous allons mettre des pièces entre les petits coquillages

 sur ses pieds énormes

le rouge le vermillon éclatent sous  un ciel gris

puis c'est le départ

vers une autre île

chercher  encore

toujours

l'horizon bleuté

Partager cet article

Published by jeanne
commenter cet article
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 19:44
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne

photos jeanne


il pleut à hiroshima

une pluie fine,

qui ne mouille pas

ou si peu la brume s’accroche à l’île en face

le ciel est gris

  • la mer est grise juste plus brillante

noire dans ses creux ridés par le passage de quelques bateaux

il pleut à hiroshima

quelques pêcheurs préparent leurs lignes

un enfant se promène

"hiroshima mon amour"

la ville neuve ne peut oublier

peut être que les esprits occupent encore la cité

se promènent au delà des collines

les gimkos se dressent indestructibles

aujourd'hui c'est la fête des fleurs

la foule est dans la rue joyeuse

il ne pleut plus

dans le musée d'hiroshima pour la paix

nous déhanbulons devant des restes de vêtements,

des objets témoins calcinées

le 6 aout 1945 à 8h15 la bombe atomique est utilisée pour la première fois comme arme de guerre

elle explose à 600 mètre au dessus du centre ville

embrasement

une jeune fille pleure

je retiens mes larmes

dans un rayon de 2km tout est détruit

des milliers de gens meurent

ceux qui ont survécu

brulés irradiés

s'enfuient de la ville

                                  dévastation

occupation du japon par l'amérique.

dans l'esprit des habitants d'hirochima s'enracine l'idée de la nécessité absolue s'interdire les armes nucléaires.

pourquoi hiroshima ?

on pensait qu'il n'y avait pas de camps de prisonniers des forces alliées

140 000 personnes ont péri vers décembre 1945,

une fois que furent calmés les effets des radiations

"little boy" (c'est le nom de la bombe)

avait tué une ville

je n’avais pas compris

je n’avais rien compris d'hiroshima

et il ne pleut plus.

Partager cet article

Published by jeanne
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 14:32
photo jeanne

photo jeanne

 


 

 

cher patric,

dans l’île du soleil levant, isabelle m’a envoyé tes mots.

un peu surprise, mais pas tant finalement.

« elle ferma les yeux pour le revoir »

dans la lumière de fin de jour, tu sais cette lumière dorée exagèremment rousse, fugace, que l’on voudrait retenir pour que la nuit ne vienne pas.

ces quelques instants s’impriment au fond de nos crânes,

cette lumière inoubliable qui nous habite, qui nous fait rêver.

là, elle le revoyait, sylhouette noire élancée, comme une ombre chinoise. elle le revoyait avant de l’oublier, elle serra encore sa main « pour dormir avec lui »

elle l’oubliait, elle savait l’oublier, elle oubliait, même si quelques souvenirs affleuraient à son esprit.

« lui sourit à ce soir 9heures »

à 9 heures ce soir elle n’y serait pas

ni ces 9 heures, ni toutes les 9 heures à venir.

elle ne viendrait plus. plus aucun soir d’aucun jour. les couchers de soleil seraient lettres mortes. aucune heure où elle serait là à attendre.

« les jambes disparues elle entra dans l’eau noire »

oui l’eau était noire, elle avait gardé longtemps le reflet du couchant, puis avait pris la couleur noire et froide qui lui faisait peur.

l’eau au ventre elle frissonna.

pourtant elle était belle cette eau moirée scintillante si vivante. elle charriait des branches, des bouts de plantes, et même des fleurs. des odeurs de bois en décomposition , des odeurs fortes d’après la pluie qui lui donnaient la nausée.

« ses lèvres contre l’étui d’or »

l’étui que tu croyais avoir perdu ? je ne l’ai jamais vu patric. je sais que c’est toi qui lui avait donné, mais je ne l’ai jamais vu une cigarette aux lèvres, fumait-elle ?

« c’était son temps du bonheur »

je ne sais pas, je ne l’ai jamais vu sourire, était elle- heureuse ? toujours son visage fermé, distant, craintif parfois. elle passait comme une ombre, silencieuse et rapide, le temps semblait l’ignorer et elle le lui rendait bien.

un autre temps se dessinait « son temps du bonheur, » je voulais lui parler et elle me parlait

« le temps du bonheur d’une futur mort »

 je savais qu’elle aimait, la vie toi sans doute.

mais la vie ...

 

 

alors je me suis prise au jeu cher patric

je ne sais pas ce que tu attendais, attendais tu d’ailleurs quelque chose ?

voilà mes mots sur les tiens Je t’embrasse, à bientôt.

 

Partager cet article

15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 13:18

photos 0925 

  uovo de claudio parmiggiani

photo jeanne 

 

elle prenait des photos depuis si longtemps

écriture de la lumière,

si difficile à capter, à saisir

fixait sur le papier des éclats fugaces

des instants qui ne reviendraient jamais.

on ne revient pas sur une prise

le clic c’est pris

l’instant suivant ce ne sera plus pareil, la lumière changée.

elle se posait attendait,

attendait

de voir

de sentir l’instant qui la touchait, qui lui parlait

parfois le dialogues ne prenait pas,

pas le bon moment

pas la bonne lumière

pas le bon jour

pas l’instant

elle était tenace

elle reprenait sa quête pour un langage avec ses mots à elle,

sa vision, son instinct 

volait dans la rue, une expression, un rire, un éclat

cherchant toujours la lumière

peut être cherchait-elle sa propre lumière ?

un reflet d’elle, une émotion qui lui parlerait.

prendre saisir

sans réfléchir quelques fois parce que la photo s’imposait

le photographe est-il un voyant ?  

certains le sont qui ouvrent le portes d’un autre monde

un monde où parfois on se reconnaît

qui nous parle

qui nous donne le sentiment de ne plus être seul

une connivence intime.

il y avait des surprises parfois

des choses que l'oeil n'avait pas vu

mais que l'objectif lui

avait saisi  

 et parfois c'était magique.

 

 

 

"toute photographie est miracle avant d'être

miroir"*

là, aujourd'hui, elle comprenait la phrase,

elle en était là...

 

*joan fontcuberta

Partager cet article

Published by jeanne
commenter cet article
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 18:17

photos-1040-001.JPGphotos-1039.JPGphotos-1038.JPG 

 

 

Villers sur mer   Septembre 1919  

 

 c'était la fin de l’été, un été chaud, sans une goutte de pluie. les volets clos nous attendions la fin de l’après-midi pour nos longues promenades au bord de la mer proche. elle s’étalait à nos pieds. un murmure d'eau 

les enfants attendaient impatients l’heure du gouter après la sieste.  

 mes enfants…

 ils faisaient semblant de dormir, j’entendais leurs rires étouffés, mais je souriais : c'était le temps des vacances

 le temps des soleils après les temps de brume

 en l’absence de leur père je laissais faire, ils étaient tellement tenus à paris

 tous les ans de fin juin à fin septembre nous habitions le château des parents de Louis enfin à nous, pour une courte période.

 trois pièces au rez-de chaussée.

  il fallait aérer tous les matins pour évacuer l’odeur de moisi, d’humidité qui s’était incrustée au bas des murs.

  Pourtant j’aimais cet endroit de liberté, seule avec mes enfants.

la proximité de la mer.

les fins d’après- midi nous apportait le vent du large chassant les quelques miasmes d’hiver accrochés aux lourds rideaux coquelicots et les cris des mouettes folles.

 mes enfants, mes deux filles et mon fils...

 quel bonheur ce bout de mer, comme ils y étaient heureux.

 une  plage de sable, la mer peu profonde jouait avec eux.

 je les revois, chapeaux de paille identiques pour macha et clotilde

  d’où sortaient des nattes effilochées par la sieste. louis tentait les chateaux de sable.

 inlassable...

la marée prendrait d’assaut, les murailles et les tours, mais rien n’arrêtait mon fils. un vrai bâtisseur !!!  

il recommençait le lendemain… comme tous les matins.  

  mes deux filles, même âge, jouaient entre elles, cris, rires, éclaboussures d’écume. elles n’arrêtaient pas, vivaient la mer, les algues, les coquillages comme si elles ne devraient plus revenir. se gavaient de soleil  

 je faisais semblant de lire, ou peut être que je lisais, mais les mots ne s’imprimaient pas en moi. ils survolaient l'espace bleu  

 j'’avais pris quelques photos, je voulais immortaliser ces instants précieux.

je savais que ma mémoire me joueait des tours

un jour, bientôt…  

je prenais des photos pour quand je ne saurai plus,  

         pour quand je ne serai plus….  

Partager cet article

Published by jeanne
commenter cet article

  • : Le blog de jeanne
  • Le blog de jeanne
  • : ... "mes seules certitudes sont les fleurs de l'amandier... la mer son rivage et les constellations d'étoiles.."
  • Contact

Recherche