Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 07:01
photo jeanne

photo jeanne


oh mon enfant ma douce ma mie mon ange blond ma prunelle bleue
« tu es l’enfant qui sanglote et s'endort »
là ton visage s'apaise, tes yeux se ferment
ta bouche se décrispe, tu redeviens mon presque-bébé
mon tout petit
tes joues gardent encore la trace salée de tes larmes
qui doucement s'évapore
ta poitrine s'apaise
tes sanglots reculent
remontent la marée
encore quelques remous
je sens que ton chagrin s'efface
oh mon enfant encore un peu
ma douceur de vivre 
« tu es cet oiseau blanc qui revient vers le nord »
tu pousses les nuages
tu remontes les courants
ascendants descendants
tes ailes se déploient
enfin tu planes sur la vague
tu remontes les airs
tu m'arrives enfin mon oiseau blanc
tu quittes le bleu  je sais qu'il est en toi à toujours
alors vole mon ange
Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 17:30
photo jeanne

photo jeanne

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 06:24

 

 

 

 

 

 photo jeanne

 

 

 

 

 

photo jeanne

 

 

il a plu cette nuit

ici la pluie est tiède, exhale les odeurs ;

celle de l'iroko m'arrivait encore reconnaissable entre mille après toutes ces années

une odeur d'huile forte, cuite recuite qui pourrait ressembler à de l'huile de lin.

une odeur où l’Afrique me prenait à nouveau.

j'y étais encore, là dans ce matin-tôt

j'y étais encore, oh dieu combien de temps encore pour que j'oublie le bruit incessant des camions, ces allés retour entre les palmeraies et l'usine ?

crasseuse, elle déployait ses cheminées ses turbines ses ponts roulants ses chaînes ses escaliers de fer ses fumées

oui j'ai ce souvenir encore, des années après d'odeurs puissantes de graisse, d'essence.

il était 7h du matin déjà la chaleur s’écrasait sur la petite terrasse

pieds nus je n'osais bouger

je savais que je pourrai rester dans cette chaise longue toute la journée

attendre la fin du jour

attendre la lueur des phares

attendre que le ventilateur s'arrête

attendre que le bruissement frénétique des insectes cesse

il faut que je bouge

que je me lave que je déjeune

je n'ai jamais retrouvé le goût du thé au lait que faisait ma mère

là bas on me forçait à manger

je n'avais jamais faim je voyais bien que mon ventre se creusait

qu'un nouveau furoncle sortait sur ma jambe je prenais de la distance

j'aurai une cicatrice de plus je m'en foutais

je n'avais pas mal

c'était juste un cratère rouge et j'attendais qu'il mûrisse comme un fruit hideux et purulent .

la robe rouge vermillon se balançait sur le cintre, ma préférée

chaussures à hauts talons de la même couleur.

refermer ma boîte de pandore

poser un pierre énorme sur le couvercle

ou tout jeter à la mer

ne plus y toucher

ne plus y rêver

ne plus y croire

 

oui il fallait cela, ne plus y croire...

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 10:06
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne

photos jeanne

​​


nous sommes sur des rails

et peut-être que la vie c'est ça 

une gare, un train

le voyage est différent pour chacun

des rencontres que nous ferons

ou pas

des vies qui se brisent

des aiguillages à prendre,

des signes

mais au bout

une fenêtre sur le bleu,

la vie...

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 00:37

belle année à tous

 

photo jeanne

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 12:46
photo du net

photo du net

il faut lire le texte de Christine Angot parut dans libération :

Donald par Christine Angot...

 

il faut lire le texte de Christine Angot dans liberation : donald

j'ai eu la chance de l'entendre

de sentir son émotion

il faut lire le texte de Christine Angot

sur libération...

et chance j'ai pu l'entendre en direct...

 

 

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 07:51
photo jeanne

photo jeanne

 

Candide suivait la réunion, d'un œil, d'une oreille distraite...,

dehors l'automne, sa saison préférée tardait, les arbres gardaient encore leurs feuilles, le roux se faisait rare, la sève était encore haute

elle se sentait amorphe cet après midi là, la sieste lui manquait.

elle avait pris cette habitude depuis peu, même si elle ne dormait pas, elle se détendait, elle se détendait était le mot exact.

ses os prenaient une nouvelle forme, tenus par des muscles relâchés,

elle se regardait d'un nouvel œil.

elle rêvassait,

la mer lui manquait

le bleu de l'île lui manquait

la galère glissait

juste le bruit des rames fendant l’eau régulièrement

une mécanique bien huilée

une galère de vacance

sans chaîne

sans fouet

sans roulement de tambour

les voiles se gonflaient

le vent d'autan pensait elle

il apportait une odeur écœurante d’œillets

pourtant elle avait souvenir d'aimer les œillets,

les rouges tout particulièrement

les gens autour d'elle, autour de la table n’existaient pas, ou si peu

il parlaient dans une langue inconnue aux sonorités douces

tout était douceur

les gens ne parlaient pas

ils ronronnaient dans un vocable d'une rondeur extrême qui lui rappelait les dunes

ces dunes mouvantes qui au soleil couchant se mettaient à vivre

Candide revivait ces instants de désert rouge

ces instants de sable crissant sous ses pieds

quand la chaleur s'estompe et qu'elle se prenait à espérer

Soprano n'avait plus sonné de nouvelles, son numéro de téléphone aux abonnés absent

elle savait qu'il s'éclipserait un jour

il ne vivait que pour ces éclipses

il pouvait revenir comme si le temps s'était suspendu

sans explication

quoi dire d'ailleurs

Soprano était un feu follet, il fallait le comprendre ou passer son chemin

Candide toute détendue souriait

peut être un peu béatement, car Gabriel sa droite lui donna un léger coup de coude la réunion s'éternisait, elle réprima un bâillement

 

- chers amis le CAC ne va pas s’écrouler

 les importations de la chine,,,,

 

et Candide, elle, s'en foutait

 

     

    Repost 0
    Published by jeanne
    commenter cet article
    9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 09:17

     

     

     

     

     

    ce matin les mots me manquent

    la démocratie chancelle 

    et c'est ça la démocratie pourtant

     je suis infiniment triste

     

    Repost 0
    Published by jeanne
    commenter cet article
    6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 10:28

    photo jeanne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'était une terre d'ici

    une terre d'un pays grand comme la main

    une parcelle minuscule plantée d'oliviers

    une terre avec sa petite ferme, un poulailler, une bergerie

    Toni avait toujours vécu là

    ses premiers souvenirs étaient nés là,

    dans ce lopin de terre il avait appris à marcher, dans la caillasse et la poussière

    il se souvenait de ses courses après les poules, de ce méchant coq qui n'hésitait pas à l'attaquer quand il jouait sous la table

    il avait dans l'oreille le vent qui passait la colline

    chaque vent avait sa musique son chant

    il ne redoutait que le mistral ses sifflements aigus,

    la peur qui la nuit le faisait se réfugier dans le lit de son frère sous l'édredon rouge

    Toni avait vu ses parent travailler du lever au coucher du jour, tous les jours ils ne se plaignaient pas, ils vivaient chez eux

    il aimait la grande pièce commune, ses tomettes qui avaient perdues leur rouge d'origine mais qui gardaient la fraîcheur

    il faisait bon s'y étendre aux chaudes journées d'été

    les deux chambres contiguës lui semblaient vastes, les fenêtre sans volets s'ouvraient sur un champ de luzerne, après la pluie la chambre sentait l'herbe fraîche

    longtemps après

    en fermant les yeux, fort, plus tard, il retrouvait un peu de cette odeur tendre

    il aurait pu pleurer,

    dans leur chambre deux lits une commode ancienne avec 5 tiroirs

    une seule clef pas de poignée

    sur le haut un marbre doux comme la peau, rouge veiné de sombre,

    il vient de carrare avait dit sa mère

    Toni ne savait rien du monde, le sien était là, tout petit et carrare chantait à ses oreilles...

    l'autre chambre était celle des parents, on y entrait pas.

    Elle avait des volets bleus qui joignaient mal, qui grinçaient au vent

    mais il n'avait pas peur

    ici il n'avait jamais peur, jamais

    le temps passait doucement, l'hiver n'était jamais rude,

    une pluie de grêle oui, une fois avant le printemps, il avait aimé ces petites perles froides qui se consumaient dans sa main

    il ne se posait pas de question, sa vie était rythmée par les saisons

    l'école, les vacances, le bleu du ciel si bleu si déchirant de bleu parfois.

    Avec la saison des olives arrivaient deux cousins du nord de l’Italie

    il aimait les entendre chanter le soir, le jour

    ils chantaient les cousins ils riaient les cousins

    la lettre arriva recommandée

    son père du signer sur un papier du facteur

    la lumière dans la chambre de ses parents restait allumée longtemps dans la nuit

    les yeux de sa mère se cerclaient de bleu foncé

    lui et son frère avait entendu les mots départ, bagages ailleurs

    qui ne voulaient rien dire

    qui ne lui disaient rien

    le petit Toni ne savait pas, ne voulait pas savoir

    pas encore...

     

     

    j'ai par erreur effacé deux de mes abonnés

    et je ne sais pas lesquels

    désolée

    Repost 0
    Published by jeanne
    commenter cet article
    27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 16:16

    " deux choses son infinies

    l'univers et la bêtise humaine

    en ce qui concerne l'univers

    je n'en ai pas acquis la certitudes absolue"

     

    La leader du mouvement Femen Inna Chevchenko

    pourtant connue pour son engagement contre le port du voile

    signe une tribune sur le site de l'international business times

    "le burkini est sexiste

    mais si nous interdisons aux femmes de le porter

    nous ne vaudrons pas mieux qu'une dictature"

    photo jeanne
    photo jeanne

    "

    Repost 0
    Published by jeanne
    commenter cet article

    • : Le blog de jeanne
    • Le blog de jeanne
    • : ... "mes seules certitudes sont les fleurs de l'amandier... la mer son rivage et les constellations d'étoiles.."
    • Contact

    Recherche