Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 19:14

thami.jpg
pour le plaisir des yeux
une photo de thami
bon noël à tous
 

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 08:26

P1120433.JPG


nous allons faire les débuts du monde

dans ce rectangle
juste la lumière
vous et nous



seuls
là autrefoisavant nous il y a eu des gens forcemment
dans ce rectangle de lumière exactement
depuis vingt ans     trois siècles         vingt cinq mille ans
allons-y s'il vous plait de l'ampleur
nous faisons les débuts du monde à ce qu'il paraît
des gens absolument se sont tenus juste là
pour regarder manger parler mourir
des milliers
debout opaques
des gens qui ont bavardé
ou crié
autour d'eux on entendait les herbes remuer
le murmure des prières le tambour de guerre
on faisait brûler les cierges
ou alors il n'y avait qu'un homme qui souffrait....
..ils sont venus s'embrasser...
...des enfants conçus là
juste deux microns qui s'accrochent et ça fera des vies

et peut être que l'air en est changé
que leurs émotions font vibrer autrement le rectangle
pourquoi pas...

...je suis une foule, je suis un peuple




*photo jeanne



Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 16:37

 P1120381

 

                                parfois l’air se fait léger

une transparence une respiration

 un souffle chaud

comme celui de ta bouche sur ma peau

 Il gonfle mes creux

 m’entoure

 comme une voile

comme une  peau-sorcière

comme des mots d’amour

à mon oreille

ceux qui pourraient  aussi

entourer le monde

d’un ruban de tendresse

ils me prennent serrés-collés

comme dans une danse magique venue

de mes îles

parfois cet air se fait musique

mon cœur d’un coup s’emballe

air oublié

qui revient là

sur le bout de la langue

on  le connaît

on ne sait d’où

mémoire du temps passé

puis parfois

 je me souviens

juste avant de m’envoler


* photo jeanne



et par ces temps de froidure rappeler à nos poliques les promesses du candidat président du 18 12 2006

"je veux si je suis élu président de la république que d'ici à 2ans plus personne ne soit obligé de dormir su le trottoir et d'y mourir de froid.
parce que le droit à l'hébergement
 je vais vous le dire c'est une obligation  humaine
mes chers amis comprenez le bien, si on est plus choqué quand quelqu'un n'a pas de toit lorsqu'il fait froid et qu'il est obligé de dormir dehors, c'est tout
l'équilibre de la société où vous voulez que vos enfants vivent en paix qui s'en trouvera remis en cause"

faire suivre ....

 

 

 




Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 13:36

7e9bd1baebc2283d44a9d983499f34ab.jpg

 

  l’heure bleue

c’est dans le désert de la mort

je l’ai entendue

 le moment magique

                                    de silence

quand aux bruits de la nuit

succède un vide

plus rien ne bouge

un vide d’espace

   d’un coup

puis

les oiseaux de jour reprennent leurs chants

                               cet instant là

                               ce moment là

                               ce silence là

                               cette transparence là


                        c’est l’heure bleuebleue


                 avant

le désert torride

de pierres chauffées à blanc

quand le ciel se fait  feu

 

 

                               l’heure bleue

                                    pour moi

c’était là

                               j’ai entendu le silence

 

 * photo Gérard Méry

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 07:46

  P1090827.jpg

 

 elle voulait ouvrir les mains

                 grandes ouvertes

                 paumes vers le ciel

comme les ailes des oiseaux de mer

                                              elle voulait la caresse

                                               le souffle rauque du désir

la douceur des mères

le plaisir des amants

au fond des lits-plaisirs

elle ouvrait les yeux 

 s’émerveillait devant le sourire de l’enfant

devant l’incendie  au soleil mourant

 elle voulait les serments

les toujours  à jamais   je t’aime

entendre le souffle rauque du désir

les mots  coulaient

comme  sang

rivière pourpre

chauds vrais

 inondant ses plaines ses creux

                                      elle savait encore de toi

                                       et elle voulait toujours

 

 

 

 

 

 

 

           * photo jeanne

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 13:31

 



                                                                
                                             je regardais  
    léna                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          so
son regard au plafond

 je souris…. les poutres…

 j’imaginais très bien sa pensée et le plaisir qu’elle aurait à m’y attacher

méticuleusement, à nouer des foulards de soie

des cordes des chaînes autour de mes poignets

oui je souriais cette femme lisait mes désirs

je sentais la tension de léna

son désir de sonder l’inavouable

d’explorer les limites du plaisir

je savais qu’elle aimerai le faire et sans doute le vivre

allions nous passer à l’acte ?

j’étais prêt à le faire à me laisser faire par elle

à sentir les liens se serrer sur moi

Son corps m’entourant

Nous avions ce désir de possession

                     elle à moi

                     moi à elle

aller explorer le champ des possibles ensemble

je pouvais presque sentir ses mains gantés de cuir sur moi

m’entourer inexorablement de liens qu’elle pourrait tendre jusqu’à la poutre du plafond

lié attaché à son désir à son plaisir

je ne savais pas à quoi m’attendre

Elle allait inventer ?

Imprévisible..

mon désir n’en était que plus terrible

j’imaginais son corps s’approcher me toucher se coller à moi

son parfum tournoyait autour de moi d’autres odeurs  mêlées

m’enivraient

tension indescriptible

j’étais entre ses mains

et je savais que j’accepterai si elle le voulait

j’avais une confiance aveugle en elle

toujours allongés près si près l’un de l’autre

en murmurant je lui dis : les poutres.

en riant elle me dit oui…

viva maria ?

oui….

 

  **photo  jeanne : deux cristaux de roche particulièrement purs

 

 

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 15:39

          ça commence comme un début de souvenirs   
     
comme une route brouillée
des images rapides qui défilent
                        
comme l’esprit de cette femme
                    peut être sous la pluie ?
                   peut être dans l’hiver ?
             c’est un rendez vous manqué
               c’est la recherche d’un homme
             un marin ?  un marin?
les souvenirs vrais
                      faux
           défilent dans le temps
                                          comme une quête
                  un temps qui n’est plus le temps
               c’est le rêve perdu des souvenirs
                  c’est le vent qui se lève

et c’est sur le pont des machines à 11 heures


* photo jeanne
           

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 11:14


Il faisait nuit doucement nuit

toujours à travers les volets mal joints

la lumière du réverbère donnait un vague éclairage à la chambre

nos mains se tenaient encore

n’arrivaient pas a se lâcher

 sensibles si sensibles

 paumes contre paumes

encore un peu moites

 doigts qui se croisent

 peaux qui se reconnaissent se retrouvent se hument se collent

j’aimais ce contact  toute la chaleur qui pouvait s’en dégager

 prélude à une étreinte nouvelle aux désirs toujours là


nous étions deux naufragés 

un lit comme une île

des draps de vagues après la tempête

nous sur le sable  repus


je fermais les yeux

je ne faisais pas semblant de dormir, je dégustais encore ces moments d’amour ces jouissances

ces baisers  j’aimais les baisers

tant

ceux qui touchent l’âmes

 

je regardais le plafond, les magnifiques poutres et j’imaginais

ce que nous pourrions en faire …

je souriais intérieurement

souvenirs de « viva maria » un film

que nous avions vu ensemble quelques années auparavant

j’avais encore dans un coin de ma mémoire un passage où

jeanne moreau va voir en prison l’homme  qu’elle aime, lui est attaché à des poutres …

 torse nu

elle le caresse

sensualité

 

oui ces poutres ici ….

Un jour….

je ne disais rien

je me serrai un peu plus contre lui

j’aimais ces odeurs d’après l’amour

ces odeurs de nous

qui venaient du profond de nos corps

ma joue sur son torse

je le respirai à grande goulée je posais mes lèvres entrouvertes sur sa peau sur son sein

ma langue y retrouvait un goût de sel

mes dents auraient pu mordre

je léchais juste

pour m’en souvenir pour imprégner mes sens de lui…

 

 

  * photo jeanne

 

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 08:41

 


d'ici je pouvais entendre la mer
quand elle vient meurtrir les rochers
qu’elle s’acharne se venge

sa colère vient de si loin de si longtemps

certains hommes savent

implorent les dieux

d’ici je sentais la fureur

le vent complice

                             d’ici je voyais le soleil se lever

                                  à travers d’autres montagnes

                  mouvantes sans horizon sans frontière

                                  percer les lames de fonds

                             distiller des odeurs d’iode

                                 jusqu’à la nausée

ici le temps se pend  devant les mouettes  apeurées

                         d’ici  je pouvais perdre pied

                                 me sentir emporter

                   tumulte de ma tête je vacillais

                    des souffles  fouettaient mon visage

                                  d’ici j’attendrai le calme

                    d’ici le monde prendrait une autre couleur

                                 celle de mon impatience-bleue

                       celle de l’attente perpétuelle

                   alors je m’en retournerai

vers les odeurs de terre

les odeurs de vanille lointaine

des hibiscus fragiles

                                             celles de mes souvenirs

                   

                                  tranquille 

                                                         attendue 

 

 

 

 * photo jeanne

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 17:58


                     il y avait cette surface mouvante
                        bleue 
                                  bleu pétrole

              éminemment scintillante

               parce que la lumière

                              éclatait réfléchissait

 je me laissais  couler

                                                                                    naufrage

                           elle devenait plate

         mur étrange

              des faisceaux se formaient

           éclairant des fonds

          les rochers devenaient  montagnes

           inversées

             vertige

           la peur aurait pu m’étreindre

      me serrer le cœur les poumons

                                 je respirais à minima

                     mes yeux s’ouvraient

                couleurs nouvelles

                                          mouvances d’algues

               fleurs d’autres terres

            prairies où je cherchais les sirènes

           les étoiles rosées

les coquillages nacrés

               l’horizon                                       l’horizon

je m’incrustais

un silence liquide m’enveloppait

perçait mes oreilles

passait sur mes seins

sur de nouvelles écailles

comme une caresse inattendue

enveloppe  sensuelle

       aucun son ne sortait de mes lèvres

                           murmures inaudibles des vagues

                 je passais dans une autre dimension

sans  question

juste la douceur indicible de me savoir là




* photo jeanne 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article

  • : Le blog de jeanne
  • Le blog de jeanne
  • : ... "mes seules certitudes sont les fleurs de l'amandier... la mer son rivage et les constellations d'étoiles.."
  • Contact

Recherche