Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 14:01

 

 

d'hiva oa et d'ailleurs 0613 

léna était parfois très surprenante

après une période  de silence

ah gabriel tu savais où j'étais

nous en avions parlé


 

je reçus une invitation très énigmatique sur un bristol

marqué d’un sceau que je connaissais bien

puisqu’il était tatoué au bas de ses reins

dessin que nous avions fait ensemble

dans cette chambre en provence

tes initiales un peu déguisées

à la limite de la commissure de ses fesses

et signait en somme son appartenance

 exactement celà

 ce tatouage était là pour ça

 j’avais longuement hésité, puis comme une évidence,

 quoiqu’il se passe dans l’avenir

 je savais que cette relation resterait unique,

unique dans la force et dans sa durée,  alors je m’étais décidée.

le tatouage était là.

quelques mots écrits à la main à la hâte

désignaient  demeure vénitienne

que nous connaissions à peine

au rez de chaussée

les marches s'enlissaient doucement dans l'eau du canal

une maison magnifique

des pièces immences hauts plafonds sculptures

et cette odeur particulière de bois rares 

de l'iroko ?

avec  la mention  «  vendredi treize heures »

je savais bien sûr qu’il s’agissait d’un rendez-vous

quoi donc sinon gabriel ?

je souriais

j’étais tout de même  étonné

pourquoi cet endroit où nous n’étions allé qu’une fois ?

et l’émotion me gagna subitement

m’envahissant même de souvenirs impossibles  à oublier

le désir s’y mêlait avec une insistance

une prégnance presque charnelle.

oui gabriel toutes nos années étaient là

nous avions traversé tant de choses

des montagnes des vallées des creux de ruisseaux des îles

et même le miroir souviens toi

j'aurai toujours en moi ces paysages ces couleurs ces cicatrices sous mes lèvres

mes départs

nos retrouvailles somptueuses

ce vendredi-là je poussais donc une lourde porte

qui donnait sur un majestueux escalier

la porte à droite en bas

il faisait sombre, une simple lucarne éclairait la montée inévitable je gravissais les marches doucement

viens je suis là

avec une tension et une émotion propre à nos rencontres toujours particulières, je me demandais ce qui m’attendais…

là, je souris, rien de méchant, gabriel tu me connais

j'entrais dans une pièce immence

quelques bougies dégageaient

 sans vraiment éclairer le lieu

un parfum subtil de vanille ou de musc 

A l’entrée, sur un petit guéridon un masque  en cuir était posé

Un « loup »noir dont l’odeur sauvage donnait le ton à la rencontre

oui du cuir noir

le loup est pour toi

je n'avais pas encore vu léna

 mais un frottement de bas derrière un grand fauteuil me fit réaliser sa présence

je suis là gabriel je t'attendais

je savais qu’elle s’était préparée avec soin pour m’accueillir

comme toujours je portais les bijoux qu'il m'avait offert

l'émeraude et la chaîne de cheville

et le cuir

et je pensais encore à cette longue robe de cuir rouge qui la moulait

 à pleurer de désirs…

je ne veux que des larmes de bonheur je ne veux qu'elles

je m’approchais  et aperçu les liens d’un masque de cuir rouge et noir

dans ses cheveux de feu

elle me regarda les yeux fermés ou presque  et je ne vis qu’une larme

tellement le maquillage noir comblait l’espace ente le masque et la peau

tu sais que les larmes que j'ai avec toi ne sont que des larmes douces

l'émotion le plaisir immence de te retrouver ici

dans cette maison

seules ses lèvres rouge-sombre brillaient et contrastaient sur une tenue de cuir noir qui l’enveloppait

elle ouvrit un large manteau ou une cape pour découvrir une superbe guêpière de cuir noir avec des boucles métalliques qui maintenait ses bas et brillaient dans le noir.

ma respiration s’accéléra quand je vis que ses bas disparaissaient dans de hautes et longues cuissardes noires à talons vertigineux.

oui les voila enfin ces cuissandes, encore un sourire

 léna savait que j’aimais cette façon de s’habiller

elle croisa les jambes dans un crissement de nylon pour s’ouvrir et s’offrir  à mon regard.

j’avais envie d‘elle elle encore et toujours après tant d’années

le désir toujours vivant, acéré

qui ne faiblissait pas

elle venait de remplir deux coupes

elle m’en tendit une….

A nous

A cet amour


 

 

 

 

 

 

        j'ai quelques pb d'internet aléatoires !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sakitxt-2c8b4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article

commentaires

poetique love 17/12/2011 19:01

eT sur Tout EN CETTE APPROCHE DE noël TOUS LE MONDE AURA BESOIN D4aMOUR ? SURTOUT POUR LES PERSONNES QUI SONT BIEN SEUL ?MA PENS2ES POUR EUX.

poetique love 13/12/2011 23:01

Alors vive l'amour.

jeanne 15/12/2011 08:09



oui tous les zamours !!!!!!



Muriel Angel 03/12/2011 16:21

Un agréable samedi pour toi bise.

jeanne 04/12/2011 08:29



un beau dimanche


bise



mel-and-tof 01/12/2011 09:12

Bonjour ma douce Jeanne
Je lis très mal ton texte qui est pour mes yeux malades illisible
Les fêtes sont finies, ce fut que du bonheur, mes enfants sont repartis, j’ai un peu de tristesse au cœur mais beaucoup de joie de te retrouver et de te remercier pour tes bons vœux s’anniversaire
adressés à ma fille Isabelle.
Bonne journée avec de gros bisous
Méline

jeanne 01/12/2011 17:16



je ne sais pas comment faire


chère Méline


je vais de ce pas chez toi


je t'embrasse



gabriel 01/12/2011 07:57

Je te savais Léna mieux que personne
notre histoire est de celles qu'on raconte encore
voilés de désirs dans l'inconstance fantasmatique
d'un frottement de peau
d'un crissement de bas nylon
il y aura nécessairement une suite...

jeanne 01/12/2011 17:15



oui toi tu me connais 


mieux sans doute que personne tu sais je sais


le temps  bien sûr


oui la suite evidemment...


 



  • : Le blog de jeanne
  • Le blog de jeanne
  • : ... "mes seules certitudes sont les fleurs de l'amandier... la mer son rivage et les constellations d'étoiles.."
  • Contact

Recherche