Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 20:01

 21718071

                                                Photo jeanne    peinture de suret canale

 

 

je sais que j'aurai peur 

en prenant le chemin de la gare

une peur étrange comme à chaque fois

je voudrai que le portail ne grince pas, que le chien n'aboie pas

mais le portail grincera le chien se frottera à moi

je basculerai de l'autre coté du miroir

terres connues et toujours à découvrir avec cette émotion qui me prenait le ventre

gabriel m'attendait en haut des escaliers souriant à peine

je montais , presque sans respirer

donne moi la main prends moi dans tes bras

sinon je tombe tiens moi

et il me tenait solidement

dans l'air une odeur douce s'accrochait à mes lèvres

la bignone était toujours là majestueuse

je frisonnais mais ce n'était pas de froid

toujours cette émotion  vivante  forte après toutes ces années

 "Je m’approchais de léna,

avec l’émotion des premiers jours

des premières portes qui s’ouvrent

des premières rencontres

je savais qu’avec elle, chaque grincement de porte

était une invitation à l’insolite

au précieux, au rare

le froissement du cuir

annonçait une avalanche de plaisirs

dans ses yeux maquillés je distinguais déjà l’émoi

la respiration d’une préparation sans retenue

d’une offrande, d’un sacrifice même

qu’elle seule savait donner

peut être l’avait-elle donné à d’autres hommes dans le passé

mais au fond de moi, je savais, je sentais qu’elle allait plus loin avec moi

Pur égoïsme de ma part, ou réalité d’une passion excessive et indécente, je ne saurai le dire

elle savait bouger, déclencher en moi un désir fou : le crissement du nylon sous le cuir

le claquement de ses talons

Son regard fixé sur ma bouche me dévorait

et je glissais dans ses bras m’enserrant de tendresse d’amour

je me sentais happé

Je me dissolvais dans un long mouvement de marée d’équinoxe

j’aimais m’épuiser en elle

m’échouer entre ses mains

entre ses lèvres

après des levers de soleil qui n’en finissaient plus

nos corps avaient la chaleur des plages tropicales

le soir quand tout semble éteint

et qu’une lueur vacille encore

inexorable

dans les yeux de léna. »

La porte fermée sur un autre monde, notre monde, je me sentais enfin apaisée

La nuit, ses mystères, pouvaient arriver

 

 

 

 

 

 

 

19 04 2011 et non 2001 sorry !!!! 

 

 

 

 

 

 

photo 1291920309287-1-0-215x144toujours otages

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article

commentaires

lutin 30/04/2011 20:10


Qu'il est dense ce texte, que je la ressens cette peur qui fait trembler la main, qui fait trembler la voix, seul le regard sait cacher, mais le tensiomètre lui ne pourrait pas mentir. Un beau
texte, densité et émotion et soi.


jeanne 01/05/2011 10:28



lutin


oui le regard cache


mais les mains


le corps démentent


mais tout celà est sans importance


il partage mes peurs


et mes désirs



Servanne 30/04/2011 10:16


Troublant d'essences ...
le lire et le relire, par la porte entrouverte
en haut des escaliers
offrande et sacrifices
sur l'autel de l'âme


jeanne 30/04/2011 16:36



Servanne


merci de sentir


de palper ce moment


de le comprendre


et de me le rendre si parfaitement



moi 30/04/2011 08:28


Oui tu auras peur
juste un peu
comme moi
juste ce qu'il faut
pour rendre un moment inoubliable
parce qu'ouvrir un portail
n'est pas toujours si facile
quand on sait ce que cela signifie de bonheur...


jeanne 30/04/2011 16:34



oui j'aurai peur, ce nest pas exactement de la peur


oui toi aussi bien sûr


oui encore, la peur nécessaire et suffisante


qui transforme l'espace, le temps


ce grincement


je l'ai dans la tête dans l'oreille


et il s'ouvre sur la nuit


notre nuit


 


 


 



Gérard Méry 30/04/2011 00:33


mais non tu n'auras pas peur


jeanne 30/04/2011 16:30



Gérard je souris


si léna aura peur !!!!


un peu


mais une peur douce !!!!



gazou 29/04/2011 18:52


J'aime beaucoup ce tableau et comme il va bien avec ton texte..tout est plein d emystère


jeanne 30/04/2011 16:29



c'est un tableau de suret canale


orphée et eurydice je ne m'en lasse pas


oui il me semblait qu'il collait au texte, sauf que léna n'est pas aux enfers et que gabriel  lui fera peut être toucher


je ne sais pas,


je n'ose dire...


même



  • : Le blog de jeanne
  • Le blog de jeanne
  • : ... "mes seules certitudes sont les fleurs de l'amandier... la mer son rivage et les constellations d'étoiles.."
  • Contact

Recherche