Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 19:06

 


Pierre revenait,

D’où ? il n’avait rien dit juste qu’il sortait prendre un journal .

Mais il revenait sans rien, mains vides, juste cette expression que je lui connaissais si bien

Fermé, oui il était fermé

Son sourire ? de convenance, de rien

Dans le bar c’était toujours le silence

Jacques essayait bien de meubler, il  nettoyait, il astiquait ses bouteilles une à une des fois qu’une goutte serait restée accrochée au goulot

Ce bar était  notre lieu de rendez-vous, le bar pierre

Près de la préfecture

Il était souvent presque vide, un bar à l’ancienne

Des tables aux pieds Godin, magnifiques de sculpture

 plateau de marbre dans des tons de rose veiné magnifique

Des vrais, pas les pâles imitations qui fleurissaient un peu partout .

Comptoir en zinc,

un style art déco, un éclairage tamisé et somptueux d’opaline d’un blanc laiteux

Pierre n’était pas au lycée avec nous, il venait plutôt vers la fin de l’année…

Je disais qu’il venait draguer.. 

il draguait oui

J’avais encore quelque part dans un tiroir des photos de notre petite bande sur la digue où nous nous retrouvions quand nous faisions le mur !!!

Je savais que tu faisais le mur…

Je ne pouvais m’empêcher de rejoindre ce bar où je te savais où je savais que tu avais des prétendants, des amants peut être.. Sûrement des amants..

J’imaginais toujours l’impossible dès que je te sentais là, présente, un rien séductrice, sensuelle. Tu étais parfois l’attraction de ces hommes qui tournaient autour de toi dans cette ambiance de bistrot que tu aimais. Parfois tu en rajoutais

Et chacun pouvait penser avoir sa chance

Chacun pouvait rêver quand tu croisais ou décroisais les jambes dans un murmure de nylon, qui éveillait en moi de terribles désirs.

Je sentais que tu t’intéressais à moi malgré la présence de Pierre

Tu paraissais toujours si libre !

Sans te regarder, je devinais ton cul qui se déplaçait sur la chaise comme pour me faire signe, pour capter mon regard, mais je m’efforçais de ne pas le faire, et je ne pensais qu’à ça…

J’imaginais mes mains sur toi, mes  mains en voyage sur le cuir rouge.

Désirs….

Je sentais ton parfum « shalimar » que tu portais déjà et ses fragrances venaient jusqu’à moi comme une caresse, un signe pour attirer mon regard.

Parfois nous nous regardions, et je savais que notre histoire

Serait toujours liée..

Elle le fût.

 

Après des départs, des retours, je la retrouvais là

Mon émotion toujours intacte…

Je voulais cette femme encore et toujours

Je retardais le temps où je m’approcherai d’elle, et là il ne serait plus question que de désirs, de frottements de corps

Elle me dirait : «  je t’attendais, je t’attends depuis si longtemps » même si de nombreux hommes avaient croisé son chemin.

Léna aimait l’amour, et moi j’aimais l’amour de tous ses amants passés  cet amour qu’elle savait me donner

 

Gabriel me racontait, il m'imaginait des amants, moi qui n’en avais aucun à cette époque.

 

* photo jeanne 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article

commentaires

jeanne 09/10/2009 15:14


Thami

sourire
rugissement presque
bon w end plein de lumière


jeanne 09/10/2009 15:13


AURORA
entre la calanque samenas et l'estaque ??
elles sont belles
à l'unanimité....


jeanne 09/10/2009 15:12


Joel
et en plus c'était votre anniversaire ....
je vous l'offre cette photo
si vous voulez...


jeanne 09/10/2009 15:11


vivian
bienvenu
et merci pour ce chaud commentaire
oui le cuir rouge ...


jeanne 09/10/2009 15:08


Gérard
ouila passion du rouge
la passion amour
la passion du cuir


  • : Le blog de jeanne
  • Le blog de jeanne
  • : ... "mes seules certitudes sont les fleurs de l'amandier... la mer son rivage et les constellations d'étoiles.."
  • Contact

Recherche