Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 16:08

 

 

 

 

 

                                       photo jeanne dessin ernest pignon ernest

 

 

la piste était vide

éclairée par un projecteur, un rond de lumière

il est venu, le violon bien calé sur son épaule

 vêtu de noir

un costume suranné avec une queue de pie

il joue

une musique douce, pénétrante qui me remue

j'y vois tous les soleils

les brumes du nord

les sables ocres poussés par les vents,

les dunes

mousseline rouge

elle entre en scène

une liane qui se déplace sur ses chaussons

à petits pas pointes après pointes

elle s'enroule autour du violoniste

ils tournent doucement

un seul corps

la musique se fait plus poignante prégnante

une longue plainte d'amour

puis elle se détache

le laisse

tourbillonne

s'envole  fend l’air en grand écart

retombe dans les bras d'un qui vient d'apparaitre

des tambours se joignent au violon

accompagnement parfait

un instant fugace, fugitif

que je capte

que j’incruste

je sais que tout va disparaitre

que je vais oublier

je ne veux pas oublier

plus loin Rodin pense

il se demande

lui bâti dans le bronze

là pour l’éternité

immobile

couvert de merdes de pigeons

il s’envolerait bien lui aussi

condamné à perpétuité

aux vents à la pluie

il aimerait une musique douce

comme une caresse

celle du vent dans les arbres ne lui suffit plus

les hivers lui semble si longs

lui sorti de bronze incandescent

moulé à chaud

il a froid

il en a marre

aimerait bien penser à autre chose

il ne pense plus,

il est ailleurs, il s’imagine

parti avec le tulle rouge

et la fille aux chaussons roses

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article

commentaires

tilk 12/07/2017 18:04

je ne pense pas que après un tel texte si complet si harmonieux
tu puisses oublier ....ce moment magique
besos mi amiga

jeanne 13/07/2017 11:00

tilk
un bout de film et juste les dernière 10mn
un moment de grace
vraiment
besos

Henri-Pierre 05/07/2017 10:10

Il n'est finalement que les rêves et la musique qui ne sont avilis, ni par le temps, ni par les expositions aux éléments ni à l'irrévérence des pigeons...

jeanne 13/07/2017 09:27

la musique comme un carnet de souvenir
elle rappelle les moments heureux et d'autres
comme une odeur elle s'insinue en nous
et nous fait re vivre

arlette 02/07/2017 21:34

Et tourne, tourne encore dans tes rêves bleus la musique murmure dans le silence de la scène sombre
même les étoiles sont parties
Pensées vers toi je partage sur fb
Arlette

jeanne 13/07/2017 09:21

fb ?
merci pour ces pensées étoiles
brillantes et qui de loin nous parlent encore
amicalement

Edmée De Xhavée 01/07/2017 16:20

Je dois dire que j'ai failli m'abaisser au passage des merdes de pigeons, tellement inattendu dans cette rêverie-penserie :) Mais voilà, c'est réussi, pas monocorde du tout !

jeanne 01/07/2017 18:58

sourire Edmée !!
dure réalité pour nos statues
et notre penseur n'est pas épargné ! o)))
merci

  • : Le blog de jeanne
  • Le blog de jeanne
  • : ... "mes seules certitudes sont les fleurs de l'amandier... la mer son rivage et les constellations d'étoiles.."
  • Contact

Recherche