Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 14:18


Cette année l'horizon était rouge

sang

je sentais dans ma poitrine comme un gonflement

un appel d'air

l'amandier ne refleurirait pas

mais les érables donnaient déjà des bourgeons qui grossissaient de jour en jour

une fête de vert tendre

le printemps est rapide cette année

me venait des appels

du large

d'îles

hiva oa s’imposait à moi

les marquises

brel me venait dans les oreilles

au cœur

en boucle

sa musique ses paroles

les images d'une île où il avait choisi de se poser

comme un oiseau blessé

du haut de sa dernière demeure

il contemple la mer

ces bouts d’îlots

 je suis certaine qu'il est heureux

là où «  la mer se déchire infiniment brûlée »

là où les cocotiers « écrivent des chants d'amour »

« gémir n'est pas de mise  »

nous ici

nous pourrions gémir pleurer

mais à quoi bon

impuissante je garde la lumière tes mots

mon jacques je peux dire mon jacques

tu es de ma famille

mort, mais encore là plus vivant que des vivants

je suis allée là bas

périple             incontournable            indispensable

aujourd'hui que Bruxelles pleure

je pense j'imagine ce que tu  aurais dit

sans doute

« bien sûr le temps qui va trop vite ces métros remplis de noyés »

mais « étonnés d'être encore debout »

le cœur brisé

au sang

nous sommes encore debouts parce que c'est la seule position possible

"six pieds sous terre tu n'es pas mort" 

photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne
photos jeanne

photos jeanne

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanne
commenter cet article

commentaires

Pâques 30/03/2016 21:15

Cette douleur qui pèse lourd sur nos épaules et notre étonnement d'être encore debout et on fête Pâques et la vie continue, mais plus comme avant ...

jeanne 31/03/2016 09:08

bonjour Pâques
rien n'est plus comme avant c'est vrai
on s'accroche à la verticalité
avec dans le regard quelques inquiétudes
on se demande comment en est-on arriver là ?
mais nous avançons
amicalement

Henri-Pierre 29/03/2016 08:48

Ceux qui ont eu l'extrême intelligence de dire vrai avec simplicité, ceux-là nous surplombent à jamais. Debout.

jeanne 29/03/2016 12:59

quelle simplicité dans ses mots
quelle force encore
quelle vivacité
debout
oui soyons le aussi

Arlette 28/03/2016 11:08

Bel Hommage Vibrant aux mots prophétiques de notre immuable mémoire
Pensées de Pâques et de Paix
Amicalement Arlette

jeanne 29/03/2016 12:58

notre mémoire
qu'elle ne flanche pas !
pensées douces, tendresse
amicalement

tilk 27/03/2016 18:24

hola mi querida Jeanne

après Camus maintenant Brel tu fais exprès pour me faire plaisir....ah ah ah
ton texte est doux et fort en même temps tu parles d'appel d'air je sens le levant
tu parles d'amandiers et je les vois mourir de leur blessures tu parles de la mort
celle qui rime avec la mer tu parles de cette mort qui nous accompagne tu parles des iles
de la Belgique et moi j'y vois la méditerrané tu parles de Jacques et des marquises
et j'entends ton accents de notre sud car on est tous les même face à la souffrance et au bonheur
besos mi amiga
tilk

jeanne 27/03/2016 18:51

cher tilk
oui

brel ses mots "simples" me bouleversent
la chanson les marquises me porte au soleil
au grand sud sous les vents
sur cette île que Gauguin avait choisie aussi
pour sa lumière
sa douceur
une petite île au bout du monde
tous les deux contemplent la mer ?
oui Fernando
face à la douleur
celle là qui nous tombe dessus
face à la barbarie
nous sommes tous les memes
je t'embrasse

  • : Le blog de jeanne
  • Le blog de jeanne
  • : ... "mes seules certitudes sont les fleurs de l'amandier... la mer son rivage et les constellations d'étoiles.." MES PHOTOGRAPHIES NE SONT PAS LIBRES DE DROITS
  • Contact

Recherche